30/11/2006

L'AMITIE

Des immigrants qu’on croise dans nos vies, qu’on connaît parfois si bien, certains mieux que d’autres.
Aujourd’hui, je m’adresse à cette amie qui vient de pas très loin de la Suisse, qui parle ma langue (l’Espagnol), qui est mon amie depuis plus de douze ans.
Je veux lui dire simplement, « MERCI ». Merci pour le temps partagé ensemble, pour me faire découvrir ton monde, ton enfance, une  adolescence joyeuse et plus tard une vie d’immigrante si dure…….
« L’amitié », petit mot qui peut signifier des joies et tristesses partagées, peut être aussi la rencontre de caractères contrastés et réciproques à la fois ; qui font l’union d’âmes dans le kyrie.
 
Je désire que ton enfance revienne toujours, qu’en fermant les yeux, on voie la rivière de ton petite village (Cuevas del Campo- Espagne), si claire, si pure ; qu’on puisse noyer nos âmes pour toute l’éternité.


 

Voici un poème écrit par cette amie dédié à sa  mère :
 

POEMA A LA MADRE

Una noche de verano
Cuando la luna salía
Yo iba paseando sola
Por los lindos parques de Suiza
Iba triste y cabisbaja
Pensando en la madre mía
Que la tengo en España
España tierra mía querida
Madre mía, madre hermosa
Tú eres para mí, más pura y bella
Que el capullo de una rosa.
Ya sé que estamos muy lejos
Que el destino nos separó
Pero siempre te recuerdo
Y te llevo en el corazón (Madre mía…..)
A la virgen le pido
A la virgen María
De poder abrazarte pronto
Porque esas son mis alegrías
Madre mía, madre  hermosa
Tú eres para mi, más pura y bella
Que el capullo de una rosa.
 
INMACULADA
 

Amparo

Les commentaires sont fermés.